Comment ouvrir son entreprise ?

Suite à la promesse du président Macron de faire de la France « une nation start-up », le pays semble prêt à concurrencer la Silicon Valley en tant que hotspot pour les entrepreneurs. La France sait que le meilleur moyen de stimuler son économie est d'investir dans des start-ups et des petites entreprises. Pour cette raison, la France dispose de systèmes de taxes sur les impôts les plus généreux et bénéficie des subventions gouvernementales en Europe, ce qui en fait l'endroit idéal pour ouvrir son entreprise ces dernières années. Ce n’est pas un secret, les Français ont un penchant pour la bureaucratie et la paperasse, ce qui signifie qu'il y a quelques étapes supplémentaires réaliser avant de commencer son activité professionnelle.

Quels types de sociétés peut-on choisir ?

La décision initiale la plus importante que vous devez prendre est le type de structure d'entreprise qui correspond le plus à vos besoins et l’activité choisie. Cela est important parce que les différents types d'entreprises sont traités différemment par les autorités fiscales. Il existe de nombreux types d’entreprises utilisées en France, voici quelques-unes des plus courantes :

  • Entreprise individuelle ;
  • Partenariat commercial (société en nom collectif - SNC) ;
  • Société à responsabilité limitée (SARL) ;
  • Société Anonyme (SA) ;
  • Société par actions simplifiée - SAS.

Le modèle de l'entreprise individuelle est populaire pour ceux qui cherchent à travailler principalement seul, comme les freelancers ou les commerçants individuels. Dans ce cas, vos affaires fiscales et celles de la société ne sont pas séparées, ce qui signifie que vous êtes responsable des dettes accumulées dans le cadre de votre travail. Alternativement, il est possible de créer une EIRL - Entreprise individuelle à responsabilité limitée - dans laquelle vous travaillez en tant que commerçant unique, mais avec certaines limitations concernant vos responsabilités.

Un partenariat, comme partout ailleurs dans le monde, est destiné aux hommes d'affaires de travailler en collaboration. Une SARL doit être fondée par 2 associés minimum et jusqu’à 100 : elle a pour principale caractéristique de limiter la responsabilité des associés. Elle peut s'adapter à de nombreuses situations, d'où son surnom de société "passe-partout".

Une société par action, connue sous le nom de SA, est assez difficile à démarrer et requiert de longues démarches pour son ouverture. Cependant, dans ce type d'entreprise, les actions peuvent être négociées en bourse, comme dans le cas d'une société anonyme. Le risque pour les investisseurs est limité au montant initialement versé, qui doit être d'au moins 37 000 euros.

La société par actions simplifiée (SAS) est une version moins complexe de la société SA. Dans ce cas, vous avez besoin d'un minimum de deux actionnaires (contre 7 pour l'AS) et d'un capital d'ouverture de 23 000 €. Cependant, les actions ne peuvent pas être négociées en bourse.

Comment réaliser l’ouverture d’une entreprise ?

Les démarches pour ouvrir votre entreprise dépendent du statut juridique que vous avez sélectionné. Créer une entreprise en tant qu’entreprise individuelle est assez facile. Vous devez enregistrer vos activités (généralement auprès de la chambre de commerce), mais vous n'avez pas besoin d'investir de capital.

Pour enregistrer une SARL, vous aurez initialement besoin des éléments suivants :

  • Les statuts (qui doivent être signés dans le mois précédant l'enregistrement de votre entreprise) ;
  • L’attestation de dépôt des fonds ;
  • L’avis de constitution de société via une annonce légale publiée dans un journal dédié.

Ces documents sont accompagnés des pièces d'identité du directeur désigné au centre de formalités des entreprises (CFE). Vous obtiendrez l’extrait Kbis après l’immatriculation de votre société auprès du registre du commerce et des sociétés. C’est le seul document officiel et légal attestant de l'existence juridique d'une entreprise commerciale.

L'inscription d'une SARL s'accompagne d'un coût d'enregistrement qui dépend de la nature de l'entreprise. Vous pouvez vous attendre à ce qu'il soit de l'ordre de 300 € pour le processus d'enregistrement, avec un investissement minimum d'ouverture initial de seulement 1 €.

Que faire après avoir ouvert son entreprise ?

Vous avez enfin démarré votre activité ? Félicitations ! Vous pouvez dès lors commencer à chercher des clients, ouvrir votre boutique, faire de la promotion en ligne : les possibilités sont innombrables. Une fois les démarches administratives terminées, c’est à vous de mettre en avant vos talents de commerçant ou d’homme d’affaires !

Cependant, gardez en tête que les démarches ne s’arrêtent pas là. En effet, vous devrez également payer des impôts sur vos revenus. C'est assez complexe et il est conseillé de trouver un comptable professionnel pour vous aider. Fondamentalement, si vous êtes travailleur unique, vous êtes imposé sur vos revenus comme si vous et votre entreprise ne formez qu'une seule entité. Vous pouvez également être redevable d'une taxe professionnelle. Si vous avez une entreprise plus large, il s'agit généralement d'une entité distincte à qui seront facturées une taxe sur les sociétés ainsi qu’une taxe professionnelle.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d’audience et de vous proposer des services adaptés à vos centres d’intérêt. En savoir plus.