Aide à la création d’entreprise

Essayer de démarrer une entreprise en France peut être aussi intimidant pour les novices que de gravir une montagne. Nous avons donc mené notre enquête dans ce domaine afin de vous guider à travers les différents défis que vous devrez surmonter pour finaliser la création de votre entreprise. Ces dernières années, le gouvernement français a fait un effort pour promouvoir la création d’entreprise pour stimuler l'économie, c'est donc une bonne nouvelle pour toutes les personnes désirant se lancer dans cette aventure. Il y a beaucoup d'options que vous pouvez choisir : vous pouvez ouvrir une branche rattachée à une grande marque déjà existante ou créer une nouvelle entreprise à partir de zéro.

Quel est votre business plan ?

Avant d’entamer toute démarche administrative, vous devez avoir une idée préalable concernant le but de votre entreprise. Il vous faudra donc monter votre business plan sur papier, vous devez répondre à ces éléments clé dans le document :

  • Votre marché : qui sont vos clients ? ;
  • Votre investissement : combien d'argent vous ou vos investisseurs mettent sur la table ? ;
  • Votre valeur ajoutée : quelle vie et quelle expérience de travail apporterez-vous à l'entreprise ?

Ce plan sera finalement examiné par un banquier afin de vérifier votre éligibilité pour un compte bancaire d'entreprise. Le business plan sera utile pour appuyer votre candidature pour des subventions ou encore pour obtenir des partenariats avec des interlocuteurs professionnels. Pour beaucoup, le business plan permettra de juger de la faisabilité de votre projet professionnel.

Quel est votre statut juridique ?

Premièrement, vous devez répondre à la question suivante : quel type d'entreprise correspond à mon projet ? Voici les trois statuts juridiques les plus communs des entreprises en France :

  • SARL : société commerciale où la responsabilité des associés est limitée au montant de leurs apports ;
  • SAS : une société par action simplifiée offre à ses associés une grande liberté s’agissant de son fonctionnement. Ils pourront notamment l’organiser via les statuts. La Société par Action Simplifiée (SAS) peut être unipersonnelle, c'est-à-dire avec un associé unique (SASU) ou pluripersonnelle s'il y a au moins deux associés ;
  • EI : une entreprise individuelle, aussi connue sous le nom de micro-entreprise, est le statut juridique le plus simple. Il permet simplement de se lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat sans aucune contrainte en nombre d’associés ou en terme de capital social ;
  • EIRL : une entreprise à responsabilité limitée (EIRL) est un régime qui concerne les entrepreneurs individuels qui souhaitent cloisonner leur patrimoine personnel et leur patrimoine professionnel, ce qui n'était pas possible avant la création de ce statut.

Une fois que vous avez choisi votre structure, vous devez enregistrer vos statuts. Lors de cette démarche, vous devez être très précis sur la description de votre activité. Par exemple, si votre entreprise vend des machines à café, mais plus tard vous décidez que vous souhaitez également vendre des chaussures, vous pourriez vous voir imposer une amende si les ventes représentent plus de 20 % de votre chiffre d'affaires, si cela n'est pas inscrit dans vos statuts.

Quelle banque pour votre entreprise ?

Lorsque vous rencontrez un banquier, vous passerez par plusieurs tests lors de plusieurs rendez-vous. Votre plan d'affaires sera examiné minutieusement avant que toute sorte de carnet de chèques ou de carte de crédit soient émis. Mais malgré la nature interrogative et longue des démarches bancaires, celles-ci vous font une faveur : en examinant l'aspect financier de votre idée d'entreprise de fond en comble, ils vous donnent une opinion d'expert pour savoir si votre entreprise est susceptible de réussir.

Qu’est-ce qu’une annonce légale ?

Jetez un œil dans les petites annonces du Figaro par exemple. Il existe une section comportant des annonces de naissances et de décès (radiation) mais pour les entreprises. Votre annonce permet de déclarer que votre entreprise est sur le point de voir le jour et de démarrer son activité. Cette démarche est obligatoire conformément aux lois en vigueur.

Quelles sont les démarches finales pour la création d’entreprise ?

C'est la partie où votre projet doit être présenté auprès de tous les différents bureaux du gouvernement français. Vous serez tenu de vous rendre auprès des organismes suivants :

  • Le bureau des impôts ;
  • Le Centre des Formalités des Entreprises ou la Chambre des Métiers (selon votre activité) ;
  • Le Greffe du Tribunal de Commerce pour réaliser l’immatriculation de votre entreprise qui permettra ensuite d'obtenir un extrait de Kbis.

Une fois l’ensemble de ces étapes réalisées, vous êtes enfin libre de commencer votre activité commerciale. Nous vous souhaitons plein de succès dans votre aventure !

 

 

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d’audience et de vous proposer des services adaptés à vos centres d’intérêt. En savoir plus.